Alsace : « On trouve des réservistes partout ! »

11 janvier 2020 - 06:00Partager sur Facebook (77)Partager sur Twitter (61)

La Garde Nationale, créée fin 2016, regroupe aujourd'hui 76 000 réservistes. Il s'agit d'un vivier devenu indispensable aux forces armées et de sécurité intérieure.


La générale Anne Fougerat connaît bien l'Alsace pour y avoir exercé comme commandant de la compagnie de Molsheim. Alors, lorsque celle qui fut nommée en août 2018 secrétaire générale de la Garde Nationale dit que ces deux départements constituent un terreau favorable aux recrutements de réservistes, elle sait de quoi elle parle.

De passage à Colmar, la générale de brigade a signé une convention -avec Liebherr Components Colmar- et trois chartes, avec la confédération générale des petites et moyennes entreprises du Haut-Rhin, l'association des maires du Haut-Rhin et la fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles. Objectif ? Faciliter l'engagement et la participation des employés à des périodes de réserve au sein des forces armées et de la gendarmerie nationale.

Plus de 320 réservistes dans la gendarmerie haut-rhinoise


Devenues Garde Nationale en octobre 2016, les réserves constituent depuis longtemps -et c'est encore plus vrai depuis les attentats de 2015 et la mise en place de l'opération Sentinelle- un indispensable vivier dans lequel puisent les forces d'active. Au 152e régiment d'infanterie, qui accueillait vendredi après-midi cette manifestation, ils sont 200 Diables rouges à troquer leur uniforme ou leur bleu de travail contre un treillis quelques jours (voire semaines) par an.

Au sein du groupement de gendarmerie du Haut-Rhin, les 875 militaires peuvent compter sur 326 réservistes dont les deux tiers sont issus du monde civil souligne le colonel de réserve, Olivier Pichard. « Ce ne sont pas de simples supplétifs pour faire le nombre », notamment lors des grands événements sportifs (comme pour le Tour de France l'été dernier), ajoute le colonel Le Blond, patron du groupement. « Nous avons des profils très intéressants et nous tentons de créer des viviers de compétences ». Comme des linguistes, qui peuvent apporter un réel soutien aux enquêteurs.

Nécessaires mesures d'attractivité

La Garde Nationale regroupe aujourd'hui 76 000 réservistes, dans les armées, la gendarmerie et la police nationale. Et si l'objectif fixé par le gouvernement (85000) n'est toujours pas atteint, la générale préfère insister sur la fidélisation de ces hommes et femmes qui, pour 70 %, sont sans passé militaire. Clairement, souligne-t-elle, il y a eu un engagement citoyen après les premiers attentats de 2015 et le soufflé n'est pas retombé. « On trouve des réservistes partout », s'exclame la générale qui doit également convaincre les employeurs de « lâcher » plus facilement leurs employés au profit de la Garde Nationale. « Cela passe par des mesures d'attractivité, notamment fiscales, et de visibilité puisqu'une entreprise peut ainsi devenir "partenaire de la Défense"».

L'apport de réservistes dans une société ou une collectivité est aussi un gage de sérieux assure Richard Grangladen, président de la CGPME 68. « Dans nos petites et moyennes entreprises, nous avons besoin d'intégrer des valeurs humaines, un esprit du respect ». « La solidarité et l'engagement sont dans l'ADN des agriculteurs », souligne de son côté Pascal Wittmann, secrétaire général de la FDSEA 68. Avec quelque 2600 TPE-PME adhérentes à la CGPME 68 et 3 000 structures agricoles et viticoles dans le département, le terreau est bien là. Reste à faire passer le message.

Nicolas ROQUEJEOFFRE
RETROUVEZ LE DIAPORAMA EN CLIQUANT SUR LA SOURCE

Source et photo(s): https://www.lalsace.fr/edition-colmar-guebwiller/2020/01/11/on-trouve-des-reservistes-partout

Partager sur Facebook (77)Partager sur Twitter (61)
← Retour aux actualités